Canada - Français [ change ]

Des images à l'impact plus fort

 

Lorsqu'en 1889, George Eastman commercialise la première bobine de film transparente, les conséquences sur le concept d'image s'étendent au-delà de la seule exploitation par des photographes professionnels et amateurs. Cette révolution permet notamment à l'inventeur Thomas Edison de développer en 1891 la première caméra cinématographique. En 1896, Kodak commercialise une pellicule dotée d'une couche spéciale pour les films cinématographiques.

Ceci n'est qu'un exemple du rôle que Kodak a joué dans de nombreuses industries clés.

Le cinéma

Aujourd'hui, c'est encore la pellicule Kodak qui est utilisée sur la plupart des plateaux de tournage du monde et est largement utilisée pour les copies des films exploités dans les salles.

Depuis la création des Oscars, tous les films ayant reçu le prix de « Meilleur film » ont été filmés sur une pellicule Kodak. La société a elle-même reçu huit Oscars pour son excellence scientifique et technique.

George Eastman and Thomas Edison
George Eastman et Thomas Edison en 1928.

C'est un record pour une société non cinématographique, mais un record qui n'est pas surprenant lorsque l'on sait que Kodak n'a cessé de s'impliquer dans les innovations technologiques qui ont rythmé l'histoire de l'industrie cinématographique. À vous de juger :

  • Kodak a commercialisé sa première pellicule conçue pour la réalisation des nouveaux films sonores en 1929.
  • Kodak a reçu un Oscar en 1949 pour avoir fabriqué un support de film au triacétate sans danger (apparu en 1948) destiné à l'industrie cinématographique. Ce support a permis d'éliminer un danger important lié au support de nitrate inflammable qu'il remplaçait et permettait également d'assurer la longévité des pellicules.
  • Kodak a reçu un autre Oscar pour les pellicules négatif couleur et les pellicules de tirage couleur Eastman (apparues en 1950), qui permirent de populariser les films couleur dans les cinémas et à la télévision.
  • Kodak a proposé une technologie d'émulsion améliorée pour ses pellicules négatif couleur Eastman EXR en 1989. Cette technologie a apporté aux cinéastes une liberté de création importante en leur offrant une plus grande latitude de sous-exposition, des couleurs plus vraies en lumière fluorescente et une plus grande netteté.
Academy Award
Kodak s'est donc vu décerner huit Oscars.

Mais, Kodak ne relâche pas ses efforts pour continuer à améliorer la qualité et les résultats offerts par ses pellicules cinématographiques. En 2002, les films cinématographiques Kodak Vision2 sont lancés. Ces films sont les premiers produits d'une série conçue pour fonctionner à la fois avec des systèmes de postproduction analogiques et numériques. Ils permettent une diminution du grain, une amélioration des détails dans les zones d'ombre et une plus grande neutralité du ton et de la couleur.

Kodak Vision2 motion picture film
Pellicule négatif couleur Vision2.

La filiale Cinesite de Kodak réalise des effets spéciaux numériques et propose également d'autres services de postproduction, désormais incontournables dans la réalisation de films. Au début des années 1990, Cinesite a restauré « Blanche Neige et les sept nains » en version numérique. Depuis, cette filiale a réalisé les effets spéciaux d'environ 200 films, émissions télévisées, publicités et clips. L'acquisition de la société Laser-Pacific Media Corporation en 2003 a permis de développer davantage les services offerts par Kodak dans le domaine de la postproduction.

Le temps passe et la pellicule reste le support de base pour la capture et la projection de films. Cependant, en réponse aux attentes des consommateurs, Kodak développe également une solution numérique de haute qualité. En 2003, la société présente le premier système de cinéma numérique Kodak pour la diffusion des publicités avant le film sur les écrans de cinéma. Un an plus tard, Kodak présente le CineServer, qui prend en charge la projection numérique des longs métrages.

Santé

Le rôle central joué par la société dans le développement de l'industrie de l'imagerie médicale commence un peu moins d'un an après la découverte des rayons X par Wilhelm Roentgen en novembre 1895.

En 1896, Kodak présente le premier support de capture, un papier photographique, conçu spécifiquement pour la capture d'images au moyen de rayons X. En 1914, la société emploie deux experts en radiographie pour résoudre les problèmes techniques rencontrés par les clients. En 1929, le personnel technique s'élève à 26 employés.

Hand x-ray
La première radio est celle de la main de Mme Roentgen.

Tandis que l'entreprise s'agrandit, Kodak adapte sa technologie de film et d'imagerie pour répondre aux besoins spécifiques de l'industrie médicale. Durant la seconde guerre mondiale, par exemple, la société développe des pellicules pour détecter les radiations auxquelles sont exposées les personnes travaillant dans le développement de la bombe atomique. Au fil des décennies, d'autres pellicules à caractéristiques particulières sont développées pour des applications telles que la cardiologie, les soins dentaires, la mammographie et l'oncologie (pour le traitement du cancer par radiothérapie).

Au fur et à mesure, des procédés novateurs permettent d'améliorer à la fois la qualité et l'accessibilité des images radiographiques. En 1956, la développeuse X-Omat de Kodak est capable de produire des radiographies complètes en seulement six minutes; moins d'une décennie plus tard, cette durée est réduite à 90 secondes. Avec l'acquisition de l'activité d'imagerie d'Imation en 1998, Kodak ajoute les pellicules de développement à sec à sa gamme de produits. Ces systèmes de développement à sec permettent d'imprimer les images à partir de sources d'imagerie médicale numériques, comme les appareils de tomographie assistée par ordinateur (CT) et d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

KODAK DirectView PACS system 5
Développeuse de films radiographiques KODAK X-Omat, 1956.

Les développements réalisés au cours des dernières années en technologie d'imagerie médicale incluent les systèmes de radiographie assistée par ordinateur (CR), les systèmes de radiographie numérique (DR) et les systèmes d'archivage et de transmission d'images (PACS). En milieux hospitaliers, ces derniers permettent d'archiver, de gérer, de visualiser et de partager une multitude d'images médicales numériques. Ainsi, les praticiens se trouvant dans des lieux différents peuvent revoir les images et consulter les diagnostics et l'évolution du traitement.

Kodak a aussi mis au point des films et des dispositifs d'analyse d'images pour les chercheurs en chimie biomoléculaire.

En 2007, Kodak a vendu sa division médicale afin de se concentrer sur son secteur d'imagerie grand public et commerciale. L'ancienne division médicale, maintenant exploitée sous le nom Carestream Health, Inc., appartient à l'entreprise Onex Corporation.


Système PACS KODAK DirectView 5.

Imagerie documentaire

Étant donnée l'expérience de jeune employé de banque de George Eastman, il n'est pas surprenant qu'en 1928, la nouvelle filiale de sa société, Recordak, présente le premier système de microfilm, conçu pour simplifier la gestion des archives bancaires.

Le microfilmage consiste à photographier les documents dans un format réduit pour les archiver. En 1931, Recordak automatise ce procédé, grâce à un système de déplacement synchronisé de la pellicule avec les documents chargés sur un tambour rotatif. Ce dispositif permettait de filmer des documents de toute longueur.


Modèle de microfilmeur Recordak destiné aux banques, 1933.

Au cours des décennies suivantes, la technologie continue d'évoluer et le microfilmage devient monnaie courante dans les secteurs où de gros volumes de documents sont utilisés, comme les assurances, les bibliothèques, les organismes publics et les transports.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Kodak et son site d'exploitation du Royaume-Uni, Kodak Limited, vont jusqu'à adapter la technologie du microfilmage pour créer un système permettant de filmer les lettres envoyées aux soldats. Ce système, le « Victory mail » (courrier de la victoire) ou « V-mail » comme on l'appelait, était conçu pour économiser l'espace de transport nécessaire au matériel de guerre. Il permettait de transporter l'équivalent de 37 sacs de lettres dans un unique sac. Pendant les trois années durant lesquelles il a été utilisé, plus d'un demi-milliard de lettres v-mail ont été reçues par les troupes sur le front.

S'appuyant sur son succès dans la micrographie et des progrès effectués en électrophotographie, Kodak étend sa présence sur le marché de l'imagerie en 1975 en faisant son entrée sur le marché des copieurs. Son premier produit, le copieur-duplicateur Kodak Ektaprint 100, offre des copies de haute qualité, à grande vitesse, sur papier ordinaire. La société continue son exploitation des copieurs pendant plus de 20 ans et poursuit ses activités dans le domaine de l'électrophotographie par l'intermédiaire de sa gamme de presses numériques NexPress.

Kodak poursuit également ses activités dans la gestion documentaire, avec des systèmes de microfilmage performants et une gamme de numériseurs de documents très populaires.

Technician with 16 mm V-mail
Un technicien avec un V-mail 16 mm.

Ektaprint 235 copier
Copieur Ektaprint 235.
Impression et publication

Bien que Kodak ait fourni dès ses premières années du matériel utilisé dans l'industrie de l'imprimerie, la société se met à en vendre pour la première fois en 1912. Cette année-là, George Eastman fait l'acquisition de l'entreprise Wratten and Wainwright basée à Londres, qui fabrique du matériel photo pour l'impression commerciale.

Dans les décennies qui suivent, le nom Kodak devient de plus en plus connu dans le milieu de l'imprimerie. Aujourd'hui, les technologies Kodak couvrent environ 40 % des pages imprimées à des fins commerciales dans le monde.

Ce succès est le résultat des différents jalons posés dans ce secteur par la société depuis des décennies.

  • En 1929, la société présente les supports à contraste élevé Kodalith, qui facilitent la préparation de demi-teintes pour l'impression. Auparavant, les imprimeurs utilisaient des plaques de verre au collodion humide, qu'ils devaient préparer eux-mêmes.
  • Au milieu des années 1930, les chercheurs Kodak inventent et fabriquent le premier numériseur électronique au monde avec séparation des couleurs, qui prépare les images pour l'impression. Le numériseur est vendu à une filiale de Time, Inc. Résultat : une version de cet appareil est utilisée pour produire les sections couleur des magazines Time-Life.
  • Dans les années 1950 et 60, Kodak joue un rôle majeur dans l'introduction de couleurs dans les magazines et les livres. La société fait des recherches sur des systèmes d'impression couleur haute qualité et, au travers de nombreux cours, conférences et présentations de produits, elle enseigne à l'industrie de l'imprimerie les techniques de séparation des couleurs, de masquage et de correction.
  • Lorsque l'électronique s'associe à la composition des caractères dans les années 1960, Kodak fournit les premiers papiers et pellicules de photocomposition à grande vitesse. Durant les années suivantes, Kodak continue à présenter plusieurs nouvelles générations de films destinés aux arts graphiques et de plaques d'impression permettant aux imprimeurs d'obtenir une plus grande qualité plus facilement.
  • Dans les années 1990, Kodak fut la première société à commercialiser une plaque d'impression numérique sensible à l'infrarouge, ou thermique. Ceci a rendu possible la qualité exceptionnelle de l'impression offset d'aujourd'hui, en plus d'ouvrir la voie aux plaques thermiques Kodak qui dominent actuellement l'industrie. Kodak présente également le premier système numérique d'épreuve couleur demi-teintes, le système Kodak Approval, qui permet de visualiser la qualité d'impression finale sans produire une épreuve sur presse.
Approval digital color proofing system
Système d'épreuve couleur numérique Approval.

Direct image thermal printing plate
Plaque d'impression thermique d'images directe.

Dans les années 1990, Kodak forme deux sociétés en participation.

  • En 1997, Kodak et Sun Chemical composent la société en participation Kodak Polychrome Graphics. KPG est devenue l'un des fournisseurs de consommables prépresse (plaques d'impression, films, matériel d'épreuve, produits de traitement) les plus importants au monde.
  • En 1998, Kodak et Heidelberg Druckmaschinen forment NexPress Solutions LLC. Cette société sert le marché croissant de l'impression à la demande et de l'impression couleur de données variables, en offrant des impressions haute qualité à grande vitesse de brochures personnalisées et d'autres supports.

Ces sociétés ont ensuite été intégrées à l'entreprise et continuent de jouer un rôle important dans les activités en pleine expansion de Kodak dans le domaine des arts graphiques.

En 2005, l'entreprise a aussi fait l'acquisition de Creo Inc., un important fournisseur de systèmes de prépresse et de flux de travail utilisés par les imprimeurs dans le monde entier.

Exploration spatiale

Kodak s'est associée à la NASA pour les missions spatiales scientifiques et les missions de télédétection depuis plus de 40 ans. Lorsque John Glenn devient le premier Américain à être envoyé en orbite autour de la Terre, la pellicule Kodak enregistre ses réactions tandis qu'il voyage dans l'espace à 28 000 km/h. Quand Glenn retourne dans l'espace plus de 35 ans plus tard, il se sert d'un appareil photo numérique Kodak amélioré pour illustrer la mission historique de la navette spatiale.


Lever de la Terre pris par l'appareil photo Kodak du module lunaire, 1966.

La société a aussi participé à d'autres moments historiques.

  • Au milieu des années soixante, la NASA envoie cinq vaisseaux spatiaux en orbite lunaire pour photographier 99 % de la surface de la Lune, afin d'y préparer l'alunissage d'Apollo. Chacun d'eux transporte un système photographique ingénieux, conçu et fabriqué par Kodak. Ce système prend des photographies, traite la pellicule et numérise le négatif et convertit les images en un signal vidéo continu reçu par des capteurs terrestres construits par Kodak. À cette époque-là, il s'agit de l'équipement technique le plus complexe embarqué à bord d'un vaisseau spatial. En plus des photos de résolution moyenne prises pour analyser la topographie lunaire, le système prend un certain nombre de photos haute résolution, assez claires pour montrer des objets de la taille d'une petite table à la surface.
  • La technologie Kodak accompagne également Apollo 11 et ses premiers astronautes à marcher sur la Lune. Un appareil photo couleur stéréoscopique spécial, mis au point par Kodak, permet aux astronautes de photographier des gros plans de roches, poussières et portions minuscules de la surface lunaire. L'appareil photo, approximativement de la taille d'une boîte à chaussures, est facile à utiliser avec un déclencheur sur une poignée télescopique. Ce système permet aux astronautes de le manipuler malgré le manque de mobilité et de visibilité dû à leur combinaison pressurisée et à leurs gants encombrants. Les photos du sol lunaire prises par Neil Armstrong permettent aux chercheurs de voir des particules de sol de moins de cinq millièmes de centimètres.
  • Les capteurs d'image haute résolution de la société équipent également les « yeux » du robot Sojourner qui parcourt la surface de Mars en 1997 durant la mission spatiale d'orientation de la NASA. Ces capteurs permettent au robot de se frayer un chemin sur la surface accidentée de Mars et de capturer des images couleur du sol martien.
NASA's Pathfinder's surface rover
Les capteurs d'image Kodak donnent la vue au robot de Mars.
  • Kodak fournit des composants optiques de précision à l'observatoire de rayons X Chandra. Depuis sa création en 1999, Chandra a capturé des images de phénomènes se déroulant loin dans l'espace, comme les trous noirs et les nuages de gaz chauds dans les amas de galaxies. Cela a fourni aux astronomes des informations sans précédent sur notre univers.

Dans le but de se concentrer davantage sur ses marchés de produits grand public et commerciaux, la société a vendu en 2004 ses opérations de systèmes de télédétection, qui servaient la NASA et l'industrie aérospatiale, à ITT Industries, Inc. Kodak continue à fournir l'industrie de la photographie aérienne, notamment en films infrarouges utilisés dans le domaine de l'agriculture pour gérer les récoltes.

L'industrie de l'imagerie : des transformations pour le futur

La communication par l'image est en pleine explosion. La science de l'image et l'informatique convergent pour donner naissance à de nouvelles possibilités enthousiasmantes de capturer et d'utiliser des images, avec potentiellement la transformation profonde de la manière de communiquer et de travailler des hommes et des entreprises. Dans ce but, Kodak s'apprête à lancer de nouvelles idées et applications : certaines sont encore inconcevables aujourd'hui, d'autres sont déjà sur le marché.